La préparation à l’accouchement fait partie intégrante de la grossesse, je dirai même que c’est encore plus important lorsque l’on attend le premier. En ce qui me concerne, ça me rassurait de parler de l’accouchement en lui même et des suites de couche, on sait un peu mieux à quoi s’attendre. C’était également plutôt sympa d’échanger avec des futures mamans, et de voir qu’on se posait toutes les mêmes questions.

En France, 8 séances sont prises en charge par la sécurité sociale dont une, qui correspond au rendez-vous prénatal du 4ème mois avec une sage femme. Il permet l’inscription à la maternité et de donner tout un tas d’informations. La plupart du temps, il y a aussi dans ces séances une visite de la maternité. Les 6 heures restantes sont réservées à des cours de préparation.

La maternité dans laquelle j’étais proposait un large choix de possibilités : la traditionnelle, yoga, pilates, dans la piscine, Bonapace…Je pensais qu’il n’existait qu’une méthode, celle qu’on voit dans les films pendant laquelle la future maman apprend juste à respirer pour la poussée. J’étais bien loin du compte.

En revenant de mon rendez-vous du 4ème mois, j’ai donc étudié avec attention mes petits prospectus pour savoir quel cours j’allais choisir. Le choix a été assez simple car le futur papa voulant s’impliquer, la méthode Bonapace était donc parfaite. En effet c’est la seule qui impliquait la présence du papa à quasiment tous les cours. Je trouve ça bien de le faire participer car souvent, il peut se sentir exclu et inutile lors de la grossesse et pendant l’accouchement.

Présentation générale de la méthode

C’est une méthode qui nous vient tout droit du Québec (pour plus d’informations cliquez  ici). Tout au long de la grossesse elle va permettre au papa de soulager certains maux tels que le stress, l’anxiété, les douleurs lombaires ou encore l’insomnie par l’intermédiaire de massages relaxants. Pendant l’accouchement, elle se base sur une gestion de la douleur par des techniques d’acupression (pression sur les points d’acupunctures), le plus souvent en vue d’un accouchement naturel, mais également pour gérer la douleur avant la pose de la péridurale.
La respiration y a également une place importante pour se relaxer et se concentrer.

A noter que comme pour toutes les préparations, j’ai eu un cours sur les suites de couches  mais qui pouvait être dissocié de la méthode Bonapace.

Les principes

Elle repose sur 3 principes fondamentaux.

La visualisation et le contrôle de la pensée.

En effet on nous apprend la respiration abdominale qui permet de se relaxer (pendant la grossesse ou l’accouchement) et surtout à visualiser. Cela consiste tout simplement à détourner l’attention de notre esprit vers une pensée plus positive. Il faut par exemple penser que l’on a déjà bébé dans nos bras, ou voir la délivrance comme si bébé glissait tout seul, ou tout simplement se concentrer sur une situation qui nous fait du bien. On ne se focalise plus sur la douleur, et par conséquent on la ressent moins.

La théorie du portillon.

Il est possible de diminuer la douleur par des massages légers. C’est là que le papa entre en jeu. Massage du dos, des jambes mais aussi du visage.

Combattre le feu par le feu.

Cela se traduit par la  création d’un point de douleur sur des points d’acupression. Il y en 6 qui sont utilisés : 2 au niveau des mains, 2 au niveau des pieds et 2 en haut des fesses. En effet, le but est de créer une douleur assez loin de l’utérus. Ainsi dans un premier temps, cela va détourner le cerveau de la douleur principale et donc, vous ressentirez moins les contractions. De plus, ce dernier va répondre en sécrétant encore plus d’endorphines qui sont les hormones du bien être et ont une fonction d’antidouleur. Là encore c’est le papa qui a un rôle important.

En Pratique / Mon avis

Le point positif de cette préparation est avant tout qu’elle se fait à deux, cela permet de ne pas exclure le papa mais aussi de renforcer les liens car il a véritablement un rôle actif dans la gestion de la douleur de sa partenaire.

La respiration abdominale m’a vraiment bien aidée pendant la grossesse, et c’est un petit moment magique car elle plait beaucoup à bébé. En effet vous faites le plein d’oxygène alors la plupart du temps il donne des petits coups après une séance. Lors du cours, j’ai même réussi à m’endormir tellement ça m’avait relaxée d’associer la visualisation et la respiration.

Comment vous dire que j’ai grandement apprécié les massages légers pendant la grossesse, surtout au niveau du visage. Se faire chouchouter par son homme c’est juste génial non ?

Là où ça coince un peu c’est le troisième principe. Sur le papier c’est génial mais le jour j pas forcément, du moins en ce qui me concerne.

J’ai beaucoup souffert car j’ai eu toutes mes contractions dans le bas du dos. j’ai l’habitude de dire que j’avais l’impression qu’on m’enfonçait 100 poignards dans le dos en même temps (désolé si des femmes enceintes me lisent) et donc, je n’ai mais alors pas du tout géré la douleur. A ce moment là, tu n’arrives plus à penser, hormis à cette douleur. Je pleurais même à chaque contraction. Clairement je n’ai pas su gérer, sans parler du fait que ma péridurale a fait effet même pas 30 min et qu’après il était trop tard. Finalement, c’est comme si j’avais eu un accouchement naturel. Quelque part, j’ai préféré car je savais moi même quand il fallait pousser et je n’étais pas engourdie, mais ça c’est un autre sujet.

Ainsi la méthode ne m’a pas forcément aidée pendant l’accouchement mais c’est mon histoire. Pour certaines elle a été utile.

Pour conclure, je dirais que c’est principalement une bonne méthode pour les échanges avec le papa, son implication, mais aussi pour les douleurs liées à la grossesse.

Un accouchement c’est tellement intense que personne ne saura comment il va gérer la douleur, et ce, peu importe la préparation que vous décidez d’effectuer.

Si un jour j’ai un deuxième, j’aimerais essayer de me tourner vers l’haptonomie.

Dites moi dans les commentaires comment était votre préparation à l’accouchement.