Ce que j’aime écrire ces articles, dans lesquels je vous parle tout simplement de ce que je ressens, un peu à la manière d’un journal intime. Ce blog est ma petite bulle, mon petit cocon, il permet de poser des mots sur des sentiments que je n’arrive pas toujours à exprimer à l’oral. En plus vous êtes toujours bienveillants avec moi, ce qui me fait penser qu’il y réellement de la bonté chez les gens si on prend le temps de la voir.

Rassurez-vous je ne suis pas en train de vous annoncer une grossesse au vue de l’illustration.

Depuis quelque temps, une idée est en train de germer en moi et je n’ose en parler tellement je passe parfois pour une extra-terrestre quand j’en parle. Autour de moi, la plupart du temps, on me dit « non mais le deuxième c’est pas pour tout de suite, au moins quand le grand sera à l’école. C’était tellement dur les premiers mois » ou alors « l’accouchement ça m’a vaccinée ». Pendant ces moments là je me tais, je ne dis rien

Comment leur dire que je rêverais déjà de revivre une grossesse, que j’aime tellement cette période nourrisson. Peu de temps après sa naissance, je me voyais déjà revivre un accouchement, je ne garde pas un mauvais souvenir bien que j’ai souffert. Je me souviens essentiellement de ces premiers instant magiques, cette révélation.

Avant j’avais des idées bien arrêtées sur mon rôle de maman : j’en aurai deux, je les ferai garder dès que possible car hors de question de rester à la maison, etc…elles ont toutes sauté quand il est arrivé. Ce rôle est une évidence pour moi. J’ai enfin trouvé ma voie (non les féministes ne criez pas au scandale), je me sens épanouie, sereine et j’aborde l’avenir sans stress. j’ai véritablement changé, ma vision sur le monde a évolué depuis que je le vois à travers ses yeux.

Je vous le dis donc à vous, j’ai déjà envie du deuxième et depuis un petit moment. C’est ce que mon coeur me dit, mais la raison me dit autre chose. C’est là toute l’ambivalence d’une maman, des milliards de questions envahissent mon esprit.

Beaucoup pensent que ça n’est pas raisonnable, que c’est fatiguant, souvent parce que la société a décrété que c’était mal vu de faire des enfants aussi rapprochés. En ce qui me concerne, je trouve ça mieux que trop d’écart. Je ne dis pas que c’est facile, loin de là. D’autant plus que j’ai mis du temps à avoir le premier alors je me dis, et si je n’arrivais pas à avoir un deuxième, et si je mettais à nouveau plus d’un an?

Et surtout il y a lui, Monsieur bébé, celui qui a fait de moi une maman. En voulant déjà un deuxième j’ai l’impression de vouloir l’abandonner, alors qu’il a tant besoin de moi encore. Ce n’est qu’un tout petit après tout. Comprendrait-il l’arrivée d’un nouveau bébé alors que je suis avec lui quasiment tout le temps depuis sa naissance ? Sans parler du fait que je l’aime tellement, parfois ça fait même mal tellement c’est intense alors je ne sais si mon coeur supportera une deuxième dose de concentré d’amour.

Il n’empêche que cette idée a tissé sa toile en moi, s’est infiltré au plus profond de mon être. J’envie ces femmes enceintes, je suis tellement émue à chaque naissance. j’ai envie d’un deuxième bébé et de revivre ça.

En attendant je profite de chaque moment passé avec Monsieur bébé, il est et restera à jamais celui qui m’a permis de jouer mon plus beau rôle pour la première fois.

A votre avis, cette idée est-elle un peu folle ou non finalement ? Comme je suis un peu curieuse, j’aimerais savoir quel écart ont vos enfants. Je vous embrasse et vous dis à très vite.