Bonjour à tous, me revoici avec un nouveau portrait afin de continuer à célébrer la Femme (Pour lire le premier portrait c’est ici). Si vous me suivez depuis un moment et que vous avez l’habitude de faire un tour sur mon blog, vous aurez sans doute de suite reconnu la plume de Maman BCBG dans l’illustration de l’article.

Pourquoi avoir choisi la blogueuse maman BCBG ? Il y en aurait des choses à dire sur cette femme (je te rassure toujours en positif), mais je vais essayer de faire court car sinon entre ses réponses et mes mots, vous allez avoir l’article le plus long de l’histoire de la blogosphère.

Elle a ouvert son blog au début de l’année (courez tous le découvrir en cliquant ici si ce n’est pas encore fait) et je ne sais par quel hasard, elle s’est retrouvée sur le mien. De fil en aiguille, je suis vite devenue accro à son talent, à son univers, à ses idées, à son humour,  bref à sa personne.

D’ailleurs, c’est grâce à elle que j’ai une magnifique bannière car avant toute chose maman BCBG c’est un talent pour le dessin. Que ça soit pour raconter son quotidien au travail, sa vie de maman ou ses idées, elle le fait en dessinant. Ses illustrations sont toujours très justes et parfois sont bien plus parlantes que des mots.


C’est aussi une maman de deux enfants qui arrive à gérer un travail avec des responsabilités, une vie à 100 à l’heure en région parisienne, son blog, bref une vraie femme bien dans son époque et ses baskets (ou mocassins pour le côté BCBG).

Ce que j’aime aussi chez elle c’est l’idée qu’elle se fait du féminisme (d’ailleurs cet article tombe au bon moment car je l’aurais bien vu présidente avec certaines de ses idées ), et meme lorsque l’on est pas d’accord sur un sujet, elle expose toujours sont point de vue en écoutant l’autre avec beaucoup de bienveillance.

De nos jours nous avons le droit à une blogosphère aseptisée, uniforme dans laquelle il ne faut pas choquer et pourtant elle, elle assume ses croyances.

Finalement, et je ne pense pas lui avoir déjà dit, c’est une personne adorable comme on aimerait avoir auprès de soi. J’ai beaucoup échangé par mail avec maman BCBG et elle est toujours là à répondre présente si j’ai besoin d’aide, elle demande des nouvelles de Monsieur bébé régulièrement.

Pour tout ça : sa gentillesse, son talent, son humour, ses idées, sa bienveillance, son féminisme, sa vie de maman, son travail…C’est une personne inspirante.

Maintenant je lui laisse la parole

1- Parle nous un peu de toi, qui se cache derrière le pseudo maman BCBG ?
Tout d’abord bonjour à tous, je suis très heureuse de répondre aux questions de Clarisse, même si j’ai dû beaucoup me creuser la tête !
Je m’appelle Piline (oui c’est encore un surnom, je tiens à mon anonymat 😉 ), j’ai 31 ans et j’habite depuis maintenant près de 13 ans en région parisienne, même si à la base, mon petit cœur est bourguignon. Je suis maman de deux enfants qui ont 3 ans et 8 mois. Je travaille dans les Ressources Humaines et je manage une petite équipe de 5 personnes. BCBG, légèrement coincée et très bavarde, j’ai ouvert mon blog en janvier 2017 pour parler de mon quotidien de maman un peu geek, et de working mum. Et le dessiner, j’aime bien dessiner !

2- D’où te vient ce talent pour le dessin ? As-tu toujours aimé ça ? Est-ce un rêve d’enfant d’en faire ton métier?
Je ne sais pas trop d’où cela me vient… la légende familiale parle d’un arrière arrière grand-père architecte… mais c’est peut-être remonter un peu loin non?
Ce dont je me souviens moi, est beaucoup moins glorieux : en primaire, je n’avais pas beaucoup d’amis, étant très timide, mais j’avais remarqué que les filles qui dessinaient étaient toujours très entourées. A la récréation, elles s’installaient pour dessiner, entourées d’un cercles d’admirateurs, et tout le monde les enviait. Je me suis donc persuadée que pour devenir populaire il fallait que je dessine beaucoup aussi. Ce que j’ai fait assidûment. Je me suis améliorée et j’ai adoré ça mais… ça n’a malheureusement pas impacté du tout ma popularité ! J’ai gardé néanmoins cette passion, jusqu’à envisager des études pour être dessinatrice de jeux vidéos. Et puis finalement, la raison ou la trouille ont été plus fortes, et j’ai fait une licence de philosophie, puis un master en Ressources Humaines.

3- J’adore ta rubrique vis ma vie de RH sur le blog alors fais nous rêver: raconte nous une anecdote rigolote.
Merci ! Cette rubrique intéresse finalement plus de monde que prévu, je pense continuer à l’étoffer du coup! Eh bien mon petit kiff du moment, c’est ce mail reçu d’une candidate non retenue suite à un entretien : »Madame, De toute manière, vous m’auriez proposé le poste je ne l’aurais pas accepter, donc aucun regret. D’ailleurs j’ai obtenu un poste bien plus intéressant. Durant l’entretien, j’ai eu une très mauvaise impression de l’opérationnel qui faisait l’entretien avec vous. Un manque flagrant d’ouverture d’esprit et un relationnel qui se passe de commentaire. Avec un responsable comme celui-ci, je souhaite beaucoup de courage à vos agents. Cordialement. »
Voilà, c’était mesquin, mais assez rigolo.
Et j’ai aussi souvenir d’un jour où un agent de police municipale que j’avais recruté m’a reconnu dans la rue, et où il a arrêté la circulation exprès pour que je puisse traverser… je crois que j’en ai parlé durant des mois tellement cela m’avait fait rire (et j’en parle encore des années plus tard ma foi !)

4- Tu n’as jamais caché ton côté féministe sur le blog (je pense notamment à ton dernier article sur le ventre des femmes enceintes). Est-ce qu’au niveau du poste de RH que tu occupes, tu as déjà ressenti ou vécu des discriminations entre les hommes et les femmes que ça soit au niveau des candidats ou du fait que tu occupes un poste à responsabilités ?
Les RH sont un domaine assez largement féminin… donc je ne peux pas vraiment dire que j’ai été victime personnellement de discrimination flagrante, même si quasiment à chaque fois que je postule, on me demande si j’ai des enfants, ou si je compte en avoir (sérieusement, ce genre de question est illégale, vous vous mettez en danger en la posant, arrêtez par pitié ! Et qu’attendez vous comme réponse sincère, alors que n’importe quelle femme flaire une potentielle discrimination à 600 km ? « Non je n’ai pas d’enfant et je suis prête à me faire ligaturer les trompes si jamais vous me recrutez !!??? ») J’ai également souvenir d’une jeune femme qui avait été retenue sur un poste de manager et qui était tombée enceinte tout de suite après… Sa chef lui a demandé de renoncer au poste. (le pire dans l’histoire est que cette grossesse s’est soldée par une fausse-couche) Je suis aussi suis passée par pas mal d’entreprises et d’institutions différentes, et j’ai beaucoup discuté avec mes collègues RH sur les pratiques qu’ils ont eux mêmes pu constater…comme des processus de gestion des hauts-potentiels qui font sortir les femmes du programme dès lors qu’elles sont enceintes. Ou les commerciaux d’une entreprise qui pensent vraiment faire un compliment en disant à la chargée de recrutement qu’elle a une tête à passer sous le bureau… classe et délicat, mais difficile de mal le prendre sans passer pour une coincée sans humour. En général ce sont les mêmes qui viennent dans la salle d’entretien où une candidate est reçue en entretien sous un prétexte futile juste pour la voir, et disserter tout le long du déjeuner sur son physique et sur ce qu’ils aimerait bien lui faire… Le moins que l’on puisse dire, c’est que en RH ou non, le monde du travail a encore des progrès à faire !!

5- Allez lâche toi, et dis nous quelle serait ta première réforme concernant les femmes si tu étais présidente ?
Ah… très bonne question ! J’hésite entre une immense campagne de prévention et de répression des agressions dans les lieux publics, notamment les transports en communs… ou une refonte totale du congé maternité et parental. Un congé maternité de 6 mois dès le premier enfant, avec un congé paternité à la carte d’une durée minimale de 11 jours, et maximale de 6 mois pour que le papa puisse être présent auprès de son enfant et de la maman, en fonction de ce qu’il souhaite, et de ses contraintes professionnelles. Et une vraie politique de valorisation du congé parental, d’une durée maximale de 3 ans, pris par la maman, ou le papa, ou chacun une partie, au libre choix des deux adultes concernés, en fonction de ce qui est le mieux pour leur enfant, pour eux, et leur activité professionnelle. Et parallèlement, développer au maximum les différents modes de garde. Le but n’étant pas de « renvoyer » les femmes pouponner, mais de laisser un vrai choix aux mamans (et aux papas !) qui le souhaitent de se consacrer à leurs enfants, ou au contraire de reprendre leur travail dans de bonnes conditions.

6- Un peu d’humour : ta recette pour rester BCBG avec deux enfants en bas âge ?
Eh bien, photoshop et les filtres instagram font des miracles…. !!!
Non plus sérieusement, je vais peut être briser un mythe, mais… mes enfants ne vont pas à la crèche en robe et barboteuses à smocks, et je ne vais pas travailler en kilt avec un foulard Hermès et un collier de perles…. Au quotidien, je vise le pratique, le confortable et… le classique. Les valeurs sûres qui ne se démodent pas pour le look, quitte à craquer sur un petit haut ou des accessoires à la mode pour agrémenter l’ordinaire. Pour mes enfants c’est un peu pareil : pratique et confortable. J’aime les unis ou les imprimés discrets, alors ça donne un côté assez sobre, même si j’aime beaucoup les couleurs vives ! Et je garde les tenues à smocks pour les grandes occasions,ou les réunions familiales 😉

7- En plus d’être talentueuse, BCBG, et une working mum tu nous fais aussi part de ta croyance religieuse. Pense-tu que ça soit une forme de courage d’assumer cela dans des temps ou il ne fait pas bon de dire que l’on est croyant sans passer pour arriéré ou extrémiste ?
Je ne sais pas si je pourrais employer le mot « courage » me concernant. Contrairement à certaines parties du globe où t’affirmer chrétien peut causer ta mort ou ta persécution, en France, en 2017 c’est heureusement loin d’être le cas !
Cependant, affirmer que tu es catholique aujourd’hui (et je pense que c’est aussi vrai pour les croyants des autres religions ), c’est très souvent prendre le risque d’être cataloguée, et considérée comme étant dépourvue de raison ou d’esprit critique, intolérante, naïve voire aliénée par ta religion… ou pire, extrémiste.
Je pense qu’au contraire il est important de ne pas cacher sa religion comme une tare spirituelle honteuse, mais de l’assumer sereinement. Sans provoquer, sans la balancer au visage des gens, sans s’en vanter, mais sans la nier non plus, ni s’en excuser. Et de faire son possible pour être une belle personne, quelqu’un de bien, et surtout, surtout, quelqu’un de joyeux ! Car je trouve que c’est le plus beau témoignage que l’on puisse faire au sujet de sa foi (quelle qu’elle soit ) : montrer autour de nous qu’elle nous apporte de la joie, et quelle nous pousse à devenir meilleurs et à faire le bien.

8- Que t’apporte cette croyance dans ta vie de tous les jours, a-t-elle une influence sur la façon dont tu souhaite élever tes enfants ?
Wahou, tes questions me poussent vraiment à l’introspection !!!
Déjà, cette croyance m’apporte beaucoup d’espérance et de joie. Savoir qu’on est aimé inconditionnellement par l’Être le plus puissant de l’univers, et le plus aimant, ça vous booste votre confiance en la vie 😉 !! Et savoir que la mort n’est pas une fin absolue, mais le début d’une nouvelle vie donne une autre perspective à notre existence humaine (même si, malheureusement, cela n’enlève pas la douleur que l’on ressent lorsque l’on perd un proche)
Concernant mes enfants, c’est une responsabilité supplémentaire : en tant que maman, j’ai la mission de les faire grandir dans leur corps, dans leur intelligence, de leur apprendre à exercer leur volonté librement… mais en tant que chrétienne j’ai aussi la mission de faire grandir leur âme et de l’orienter vers Dieu… jusqu’à ce qu’ils soient suffisamment grands et forts pour voler de leurs propres ailes, et faire leurs propres choix librement. Heureusement dans cette mission, on peut s’appuyer sur les parrains et marraines de ses enfants !

Voilà j’espère que ce nouveau portrait vous a plu. Pour ma part, j’ai adoré lui poser toutes ces questions et lire ses réponses.

Je vous dis à très vite sur le blog.

Je vous embrasse.