Pour ceux qui auraient raté l’information, Monsieur bébé est parti en vadrouille et a déménagé de la jungle marseillaise pour vivre des jours plus paisibles dans la campagne provençale.

Quitter un endroit et emballer toute une partie de sa vie n’est pas chose aisée avec un enfant d’un an. Je suis consciente d’avoir de la chance car j’ai un bébé facile qui arrive à dormir le soir, même quand il n’est pas chez lui. Je pense que ça aide beaucoup car certains bébés doivent être perturbés par des changements d’endroits. Après tout, vous aimeriez vous que l’on vous change vos habitudes, celles que que vous connaissez depuis votre naissance c’est-à-dire depuis toujours ?

Je me suis dit, pourquoi ne pas vous en parler par ici afin de vous relater mon expérience et qui sait, ça rassurera peut-être des personnes qui sont dans le même cas que moi.

A l’annonce du déménagement, j’ai de suite été partagée entre l’excitation et le stress. J’étais contente à l’idée d’avoir enfin une vraie maison pour Monsieur bébé avec un jardin dans lequel il pourra jouer, mais j’avais peur de toute la partie logistique ou qu’il ne vive pas ça très bien. De plus, on a un mois de transit chez la famille car nous ne pouvons avoir la maison dans l’immédiat. Il faut donc réaliser non pas un mais deux déménagements, même si le premier est le plus compliqué. En effet, une fois toutes les affaires mises en boites et stockées, il sera plus facile de les transporter dans la nouvelle maison.

Préparer les cartons

Je ne vais pas vous mentir, il n’y a qu’une ligne directive à avoir : l’organisation. Cependant ce n’est pas toujours facile à faire avec un petit asticot au milieu qui demande toute votre attention. D’autant plus que j’étais stressée concernant ses affaires. Je ne voulais rien oublier (imaginez si doudou est perdu dans la bataille), mais surtout je ne pouvais les mettre en carton qu’au dernier moment (oui je me voyais mal le faire dormir par terre en attendant ).

On a donc décidé de commencer par nos affaires. Et là concrètement les seuls moments où vous pouvez être efficaces c’est lorsqu’il dort, soit le soir, soit pendant ses siestes de la journée. Je dois avouer que le soir, j’avais plus envie de me prélasser bien au chaud sous ma couette (je sais pas pour vous mais selon moi le lit est le meilleur endroit au monde) que de trier des affaires. La journée c’est un peu la roulette russe, soit il décide de faire une très longue sieste, soit j’ai le droit à seulement 30 minutes, ce qui ne laisse pas le temps de faire grand chose.

Ma solution a été de le faire participer! Non je vous assure je ne l’ai pas embauché sans le payer pour faire mes cartons (chut il ne faut pas le dire c’est un secret), mais je le mettais à côté de moi en lui expliquant ce que je faisais et il me regardait faire. Avec ses grands yeux, il me fixait avec attention avec l’air de dire « mais qu’est-ce que tu fais maman ? ».

Ainsi vous l’aurez compris, avec un bébé au milieu, mettre les affaires en carton peut prendre du temps, à moins d’avoir à côté de la famille pour le garder pendant que vous faites cela.

Se remémorer les souvenirs

Il y a un côté du déménagement que je n’avais pas vu venir c’est la nostalgie. Je sais que c’est pour avoir mieux que nous partons, mais je ressens une certaine tristesse à l’idée de fermer un chapitre de notre vie, de dire adieu à un lieu dans lequel j’ai tant de souvenirs.

J’y suis rentrée étudiante, c’était notre vrai premier appartement, et j’y ressors mariée et maman. Ce qui m’a le plus touchée, c’est de retomber sur tous les objets de bébé : ses premiers petits pyjamas de naissance, ses empreintes, ses premières photos ainsi que les albums que je m’étais promis de faire…

chambre bébé

Je me rappelle avoir préparé sa chambre avec amour pendant 9 mois, je ressens encore ce sentiment teinté d’excitation et de peur à l’idée de devenir maman. Le premier objet que j’ai acheté pour sa chambre était une décoration pour son lit ainsi que son doudou qu’il possède toujours.

J’ai pleuré, pleuré quand je me suis rendue compte qu’il ne sera plus dans cette chambre, qu’il ne s’en souviendra même plus. Il ne lui restera que des photos et ma mémoire. J’aimerais pouvoir tout mettre dans une boite, tous ces moments, ces images et les ressortir plus tard pour ne rien oublier. Malheureusement c’est impossible, mais je sais que dans notre nouvel endroit on se construira de beaux souvenirs.

Le jour j

Vous vous dites elle parle beaucoup mais au final on est pas encore arrivé au déménagement alors que c’est ce qui nous intéresse ici.

Le jour j s’est bien déroulé, si ce n’est que l’on a fini le week end sur les rotules et que j’ai compris ce que fatigue physique voulait dire.
Je vous conseillerais de faire garder bébé si cela est possible car je pense que c’est la meilleure des solutions.

En effet, c’est un poil compliqué de mettre les cartons dans le camion tout en devant s’occuper de lui. Toutefois nous avons réussi. De plus Monsieur bébé a été adorable, il jouait aves ses petits jouets comme si de rien n’était, comme si ça lui importait peu tout ce qui passait autour. J’ai aussi de la chance dans le sens où ne marchant pas encore, il reste assez tranquille.

L’adaptation au nouvel environnement

Là c’est la partie dont je ne peux pas trop parler car si vous l’avez compris, nous sommes un mois dans la famille, par conséquent il est dans un endroit qu’il a déjà vu et ne semble pas plus perturbé que ça. Monsieur bébé continue à mener sa petite vie comme avant. La grosse différence est qu’il doit dormir avec nous pendant cette période. Nous n’avions jamais fait de cododo, c’est donc une première pour nous. Ce n’est pas toujours de tout repos car quand on a un sommeil léger, le moindre de ses bruits vous réveille.

J’ai essayé de faire court mais au final cet article est très long. Je vais donc conclure en disant que ce n’est pas reposant de déménager avec bébé mais que c’est tout à fait faisable.

La recette est la suivante : un peu d’organisation, un soupçon d’aide, une touche d’amour, des gros bras, faire confiance à son enfant. On est souvent plus stressé qu’eux, alors qu’il suffit de leur faire confiance. Ils ont des capacités d’adaptation étonnantes et peuvent nous surprendre.

Je vous embrasse et vous dit à très vite sur le blog.

Ps : excusez-moi pour la qualité de certaines photos mais pendant le déménagement vous vous doutez que c’était un peu compliqué d’en faire.