Bonjour à tous, aujourd’hui je reviens vers vous avec une nouvelle chronique littéraire. Je remarque qu’en ce moment je parle beaucoup livre (voir le dernier article sur le sujet), mais s’il y a bien une période pendant laquelle on lit c’est l’été. N’est-ce pas agréable de feuilleter un bon bouquin autour d’une piscine, dans un transat, sur la plage ou sur le chemin des vacances ? Rien que d’y penser j’en ai le sourire. Enfin moi ça sera plutôt un été travaux dans la maison que playa mais bon, habitant dans le sud c’est tous les jours les vacances ici.

La rencontre avec l’auteure

Je ne sais plus exactement comment j’en suis arrivée à suivre Venessa sur son blog. Je me souviens notamment qu’elle est venue commenter certains de mes articles. De fil en aiguille, j’ai vu que tout comme moi elle aimait les mots, mais surtout j’ai vu qu’elle avait écrit un roman. Elle m’a alors proposé de le lire et d’en faire une chronique. Je ne savais pas vraiment de quoi parlait son livre. Elle m’a seulement dit cela :

L’idée de te proposer d’en faire une chronique m’est venue aujourd’hui car je sais que ton blog parle beaucoup du ressenti et parfois du questionnement permanent que l’on vit lorsque l’on est maman.
Mon livre en parle un peu, beaucoup même… et je suis heureuse que tu acceptes de le chroniquer,  toi en tant que lectrice et maman en même temps.

J’étais intriguée, d’autant plus que d’après ce qu’elle me disait il ne pouvait que me plaire. Je n’ai pas l’habitude de me tourner vers des romans auto-édités comme cela, et c’est une erreur car celui de Venessa est une agréable surprise et je dirais même que c’est la première fois que je lis un livre comme celui-là. Et là je suis persuadée que vous aussi vous êtes intrigués. Alors c’est parti pour la chronique de son livre : J’avais hâte de rouler vers le bonheur

le Résumé

 

Je me présente : je suis jack. Je rencontre dans ce magasin ces deux belles femmes enceintes jusqu’aux dents et j’espère enfin réussir à capter l’attention de l’une d’elles. Qu’elles soient bientôt mamans me convient très bien. C’est vrai, J’ai toujours rêvé en accompagner une dans cette fabuleuse aventure qu’est la maternité. Les deux dames se rapprochent… il y en a une qui me fixe de ses yeux vifs et j’ai le cœur qui bat. Elle s’arrête devant moi et je n’ose soutenir son regard… Si elle savait à quel point j’avais hâte, hâte de rouler vers le bonheur. Avec elle.

La chronique

Nous suivons toute l’histoire à travers les yeux de Jack…qui est un personnage assez particulier. Je ne peux en dévoiler davantage car c’est ce qui fait la singularité de cet écrit. Ce point de vue est assez inédit, il va nous entrainer et nous faire rouler dans sa vie, tout en partageant les questionnements qui en découlent.

A travers son regard un peu particulier nous allons suivre l’histoire de deux soeurs jumelles qui sont enceintes en même temps. Il y a Nathalie, la soeur qui aime porter du fluo, a une personnalité extravertie, se retrouve seule pour sa grossesse.

Il y a la douce Emilie, qui est le contraire de sa soeur, et  qui est entourée de Xavier un homme aimant.

La rencontre entre Emilie et Jack est le début d’une aventure dans laquelle se mêleront des personnages hauts en couleurs comme la Pie qui ne cesse de parler et dont les dialogues font sourire, ou encore Jules Canne qui n’est pas toujours très apprécié.

Venessa n’avait pas tort, ce livre me parle et il parlera à toutes les mamans car il aborde tous les sujets et états d’âmes par lesquels passent une maman : que ça soit la fatigue, le bonheur, le don de soi, les nuits agitées, les découvertes, les rêves, l’amour, les disputes au sein du couple, l’attente, le choix de la poussette, les bons conseils qui n’en sont pas vraiment, la maman solo, etc…jusqu’à arriver à un sujet bien plus grave.

Enfin il y a belle-maman. Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, la belle-mère est toujours un sujet sur lequel on a beaucoup à dire. Celle d’Emilie est infecte, et bien sûr Xavier ne le voit pas. Je vous assure que celle-ci est à un niveau supérieur et même moi j’avais envie de la gifler par moment.

Il est dur de vous raconter l’histoire sans en dire plus, je tape ces quelques mots en étant frustrée mais je ne veux pas vous gâcher la surprise.

Je ne m’attendais pas à un tel dénouement, une fin tragique. Cependant la singularité de Jack fait que l’aspect « atroce » est minimisé.

D’ailleurs tout le long du livre est comme cela, l’histoire est racontée de manière assez simple. N’y voyez pas là une remarque péjorative bien au contraire. En réalité, on redécouvre la vie à travers des yeux naïfs, à travers Jack. Je pense que c’est ce qu’ a voulu faire Venessa.

Tout simplement j’ai été emportée par ce livre que j’ai lu d’une traite. J’ai souri, j’ai pleuré, j’ai été énervée, cela m’a fait repenser à mes premiers instants avec bébé, avec ce que j’ai vécu. Il a trouvé écho en moi et certains des passages évoqués ne sont pas éloignés des articles qui vous ont beaucoup touchés sur mon blog.

Ce roman est en quelque sorte une jolie ode à la vie, et il ne tient qu’à vous de rouler vers le bonheur, votre propre bonheur.

En refermant la page je peux vous assurer que vous ne regarderez plus jamais une poussette de la même façon…

Je vous embrasse.

Pour retrouver son livre c’est juste ici, il est au prix de 9,99 euros en format papier et 2,99 euros en format numérique.