je voulais écrire cet article depuis un moment, pourtant je ne cessais de le repousser. Je ne savais pas comment le formuler, comment écrire un article sur le fait d’être maman au foyer sans opposer les deux catégories, sans tomber dans un débat stérile. Récemment j’ai lu l’article de Madame Lavande sur son manque d’ambition, ce qui m’a fait pousser ma réflexion encore plus loin sur la problématique suivante : le travail pour une mère dans notre société. Est-ce deux mots qui sont diamétralement opposés ? Ne pourrait-on pas arrêter de croire que la réussite d’une vie passe uniquement par un seul de ces mots ? 

Je ne sais pas comment va être tourné cet article, je vais essayer d’exposer mes idées et de les poser calmement même si elles fusent dans tous les sens.

Pour ceux qui me suivent depuis peu, je suis ce qu’on peut qualifier de femme au foyer. Au départ ce n’était pas forcément un choix. Etant en CDD au moment de ma grossesse, ils m’ont dit gentiment au revoir et une chose entraînant une autre : déménagement, difficultés pour obtenir un mode garde lorsque l’on recherche un emploi (j’en parlais dans cet article), je suis toujours à la maison à m’occuper de mon fils.

Comme beaucoup, avant d’avoir un enfant je pensais que les femmes au foyer étaient des femmes qui occupaient oisivement leur temps, qui étaient tranquilles. Elle pouvaient éventuellement s’investir dans une association ou faire du sport. Mon point de vue a totalement changé. Je ne nie pas que cela rend certains choses plus faciles : pas de garde à payer, pas de contraintes horaires ou un patron qui nous met la pression, pour les rendez-vous c’est plus pratique, pas d’heures interminables dans les transports en commun, etc…

Ce qu’on dit moins c’est que c’est aucune déconnexion possible, pas le temps de souffler, aucune véritable pause sans avoir son enfant à coté, se mettre en retrait au profit de son enfant ou son foyer, répéter inlassablement des tâches ingrates peu gratifiantes aux yeux de la société. C’est aussi devoir se justifier sur tout. Je n’ai pas le droit de dire que je suis fatiguée car justement je suis à la maison, la même chose pour les vacances. Les gens s’attendent à ce que tu sois une maniaque et que tu gères ton intérieur d’une main de maitre alors qu’avec un bébé, je suis régulièrement débordée car il me laisse très peu de temps. Alors oui certains diraient qu’au lieu de bloguer je pourrais me bouger les fesses, mais c’est ma bulle d’oxygène, ma soupape de sécurité.

Surtout, et c’est ce que j’ai le plus de mal à accepter : se sentir inutile car on ne travaille pas. Avant d’en venir au point que je voulais aborder, je vais vous dire une chose. La plupart des gens ne souhaitent pas qu’une femme au foyer soit réménurée car ils n’ont pas à subir le choix de ces mamans. Je peux le comprendre et même si un jour une discussion était ouverte au gouvernement sur ce sujet, ou si le système du congé parental était revu, il est clair que l’on ne peut donner comme ça une contrepartie financière à quiconque se déclare au foyer. Cela amènerait à trop d’abus. Il faudrait trouver une autre piste.

A ceux qui disent cela j’aimerais aussi répondre plusieurs choses. Tout d’abord vous dites que ce n’est pas un « véritable travail », cependant vous êtes prêts à payer pour la même chose quand vous emmenez les enfants chez la nounou ou à la crèche. Certes ce n’est pas tout à fait pareil mais avouez que ça y ressemble. De plus, vous ne voulez pas cautionner cela mais à côté avec vos impôts, vous financez les prisons et pourtant vous ne cautionnez pas les crimes si ? On paye pour les gens malades ce qui est tout à fait normal, mais on paye aussi pour les soins des personnes qui ont délibérément fait le choix de trop boire, de conduire trop vite. Vous payez la maquilleuse de M. Macron (26 000 euros en 3 mois quand même). Par contre élever l’avenir de la France ou s’adapter comme on peut à un système qui parfois nous met véritablement des bâtons dans les roues, vous ne cautionnez pas.

Je ne suis pas la pour faire la morale loin de là et je ne pense pas rester femme au foyer à vie. Il est parfois bon d’essayer de nuancer son point de vue, de s’ouvrir à la discussion. Ce qui est triste c’est que beaucoup font le choix de s’arrêter car c’est la société qui s’y prête. Clairement rien n’est vraiment fait pour que la mère trouve réellement sa place dans le monde du travail, qu’elle ne se sente pas coupable des choix qu’elle fait. Il n’est pas normal de devoir choisir entre sa carrière ou sa vie personnelle.

L’idéal serait de trouver l’équilibre qui nous correspond véritablement. C’est loin d’être simple.

Revenons au fait de se sentir inutile. Je trouve dommage qu’aujourd’hui, une personne est la plupart du temps définie par le travail qu’elle fait. Quelqu’un qui ne travaille pas ou exerce un métier qualifié de « moins intellectuel » par les hommes aurait donc moins de valeur qu’une autre personne ? Il faut surtout arrêter de confondre, culture, études, bon sens, intelligence et statut social. On associe souvent la réussite d’une personne au fait d’avoir un boulot qui rapporte et pourtant au vue des chiffres sur le burn out, cela n’a pas l’air de réussir à tout le monde.

Je fais partie justement de ces gens qui auraient pu aller loin dans une carrière. J’avais les capacités comme on dit. J’avais une année d’avance, j’ai fait un bac+5 et pourtant je ne me vois pas forcément avec un poste de haut responsable. Je pense même à une reconversion dans un autre domaine, certes considéré comme moins valorisant par la société, mais qui permettrait de m’épanouir. Et c’est cela le plus important, surtout quand on la possibilité de le faire. Il n’est pas rare de voir des cadres avec de très bons salaires changer de vie, devenir fleuriste ou aller élever des chèvres dans la montagne (me demandez pas pourquoi j’ai pris cet exemple). L’entourage ne comprend pas toujours et pourtant, je trouve ça courageux de poursuivre ses rêves et d’enfin oser être soi. Pouvoir faire quelque chose qui est gratifiant à nos yeux et non pas aux yeux de la société.

Enfer et damnation quand je dis que je suis à la maison avec un bac+5. Pour les gens je « mérite mieux ». c’est surtout qu’il faudrait pas changer leur vision de la femme au foyer sans cervelle et sans idée qui ne pense que par l’intermédiaire de son mari.

La réussite ne passe pas uniquement par le travail et les zéros sur le chèque en fin de mois. On devrait pouvoir faciliter l’emploi et les modes de gardes pour les mamans comme on devrait arrêtait de croire que celles qui s’arrêtent (par choix ou non) ne sont pas des femmes qui ne réfléchissent pas. Finalement travail et mère sont deux mots qui peuvent s’accorder mais ce n’est pas sans embûches. Le monde actuel a tendance à vouloir les opposer car c’est bien plus simple comme cela.

C’est un peu fouillis mais j’avais besoin de vous parler de ça, du statut de femme au foyer, du travail en général dans notre société. En faisant cela je ne cherche pas à vous imposer un point de vue mais à vous faire réfléchir sur une problématique bien plus globale sur la vision du travail et la réussite d’une personne.

Ne jugez pas trop vite les gens non plus car on a pas toujours le choix, certains ne sont pas épargnés et font avec les moyens qu’ils ont. Et si on cherchait seulement à faire ce que nous aimons et non ce qu’on aimerait qu’on fasse car la société ou les gens ont décidé que c’était comme ça. Tout simplement si on pouvait s’entraider et être bienveillant plutôt que sans cesse dévaloriser les gens selon leur travail ou ce qu’ils font dans la vie.

Le bonheur, ne tien qu’à vous ne l’oubliez pas. Soyez juste en paix avec vous-même et avec vos choix. Rien n’est immuable.