Après avoir vu tout le monde partir en vacances cet été c’est enfin notre tour. Nous sommes partis en week-end ! Certes ce n’est pas une semaine, mais deux jours ça permet de voir autre chose, de sortir de la routine. Ce sont aussi deux jours intenses lorsque l’on a un enfant.

Je voulais donc vous parler de notre petite parenthèse enchantée en famille, en vous présentant aussi un peu l’envers du décor (un peu d’humour ne fait pas de mal) des instants passés là bas. Chaque parent connait cela, on peut faire confiance aux enfants pour que rien ne se passe comme prévu. Ils savent toujours si bien mettre leur petit grain de sel, une dose de piment car sinon ce n’est pas tout à fait drôle.

L’endroit

Nous avions décidé de passer deux nuits à la montagne, non loin du lac de Serre-Ponçon dans un très joli endroit : l’hôtel-Spa la Robéyère. Pourquoi cet endroit ? Vous savez qu’avec moi il y a toujours une raison, une anecdote à vous relater. Il y a deux ans j’avais invité Monsieur papa là-bas pour quelques jours en amoureux. En effet, ils disposent d’une partie spa avec hammam, sauna, jacuzzi, une terrasse avec des transats pour se prélasser au soleil avec une superbe vue sur la montagne. A l’époque je nous avais même réservé un soin en duo pour se relaxer en amoureux.

Ce que j’ignorais  c’est que nous n’étions pas tout à fait deux mais bien trois. En effet,  j’y suis allée alors que j’étais enceinte mais je ne le savais pas encore. J’avais tellement eu du mal à avoir Monsieur bébé, j’attendais mon rendez-vous à la rentrée pour voir les possibilités que l’on avait, dans ma tête j’avais abandonnée je m’étais dit allez soyons fous pour ces quelques jours. Sans le savoir j’ai fait tout ce qui ne fallait pas faire lorsque l’on est enceinte : assiette de charcuterie et bouteille de vin, sauna, massage, etc…

On s’est alors dit pourquoi ne pas revenir à trois mais avec Monsieur bébé hors du ventre cette fois.

 

Premier jour

Prêts à partir, valises bouclées mais pas trop chargés nous prenons la route. Tout se déroule normalement. Même si Monsieur bébé ne dort pas dans la voiture (ah ça aussi on veut vous faire croire qu’un enfant ça dort toujours en voiture, c’est un mythe pour Monsieur bébé), il n’y a pas d’incident majeur à déclarer.

Nous arrivons dans la chambre. L’endroit est tel que je me le rappelais dans mes souvenirs. On décide de faire une petite balade dans les rues de la ville. Etant un peu déserte le dimanche, on décide de profiter de la piscine en famille.

Le soir venu, le restaurant de l’hôtel étant fermé, on se retrouve dans un célèbre fast-food. Là Monsieur bébé s’endort paisiblement dans la poussette et on se dit ah c’est bien il est fatigué, il va bien dormir et puis il va s’adapter facilement comme d’habitude. Grosse erreur de débutant. Toujours se rappeler qu’avec un bébé rien n’est jamais acquis. Nous en avons fait les frais le soir même.

De retour dans la chambre nous pensions que nous allions gentiment nous mettre dans le lit, se reposer et profiter de la très jolie chambre. C’était sans compter sur Monsieur bébé. Alors qu’il s’adapte habituellement très bien, il nous a fait comme une angoisse quand je l’ai déposé dans le lit. Il ne voulait pas dormir et j’ai dû le bercer pendant presqu’une heure dans mes bras dans le noir, il ne voulait plus me quitter. Il a fallu l’endormir dans notre lit.  Ce n’était donc pas ce soir qu’on allait se reposer et profiter d’un moment en amoureux.

On se dit que ce n’est pas grave et que l’on profitera demain.

 Deuxième jour

Nous nous sommes réveillés l’oeil un peu collé par la fatigue, le cheveu un peu mou et pas très en forme après cette courte nuit mais tant pis, puisque nous n’avions que peu de temps autant en profiter.

Nous sommes allés visiter une abbaye et ses alentours, puis en redescendant nous nous sommes baladés autour du lac de Serre Ponçon. Là c’était le vrai dépaysement, la nature entre lac et hauts sommets de montagne. Finalement nous rentrons à la chambre car Monsieur bébé fatiguait un petit peu, nous étions debout un moment.

Nous décidons d’aller dans un petit restaurant pour manger un bout. Jusque là rien d’anormal, rien ne laissait présager la scène qui allait se passer. Vous savez lorsque vous rentrez parfois dans un endroit et que vous avez des enfants qui crient et que vous pensez que les parents peuvent tenir leurs enfants…je me suis retrouvée dans la situation de celle qui a l’enfant qui fait du bruit dans le restaurant.


Nous avions prévu sa nourriture, malheureusement pas de micro-ondes. Ils nous proposent de le faire chauffer au bain-marie, ce qu’on accepte. Monsieur bébé commençait à s’impatienter, on le sent qui s’agite, il commence à faire du bruit. On demande alors du pain pour patienter mais il ne tenait pas en place. J’ai sorti l’artillerie lourde : T’choupi! Le livre a pu l’occuper un instant mais il trouvait ça bien plus drôle de le faire voler à travers le restaurant jusque sous la table d’autres clients. Quand en plus les gens très gentiment se baissent pour ramasser, et bien tu ne sais plus où te mettre.

Finalement je me suis retrouvée à me lever, à déplacer ma chaise dans le restaurant pour me rapprocher de lui au risque de gêner le passage. J’ai dû lui chanter des comptines tout doucement pour ne pas que tout le restaurant entende mon talent et ne soit trop jaloux de ma voix (ne vous étonnez pas si il a plu par chez vous à ce moment là) .

Nous avons rendu les armes quand il a décidé d’embaumer tout le restaurant si vous voyez de quoi je parle.

J’aurais pu vous montrer les photos des jolis plats, mais au final je les ai englobés à vitesse grand V car Monsieur bébé ne tenait pas en place. Il n’avait jamais fait ça et je me rends compte qu’on peut tous se retrouver dans le clan des gens qu’on regarde d’un mauvais oeil parce qu’ils gênent notre tranquillité.

Nous décidons de nous reposer un peu à l’hôtel. D’ailleurs regardez un peu cette photo (oui je fais partie de la team baskets et en plus je fais mes lacets), j’étais bien à me prélasser au soleil avec vue sur la montagne. On dirait le paradis comme cela. La réalité : il y en avait un qui ne voulait pas faire la sieste et pour profiter un peu nous nous sommes séparés avec Monsieur papa pour profiter chacun notre tour de dix minutes de terrasse.

Je chipote car il a fini par s’endormir dans sa poussette à côté de nous et on a finalement pu se reposer un moment et profiter.

La journée s’est finalement terminée sans encombre : un dernier tour à la piscine intérieure et une petite balade.

Le soir il nous a laissé manger au restaurant de l’hôtel sans renouveler la scène du midi. Il s’est peut-être dit bon allez pour aujourd’hui ils ont eu leur dose je vais les laisser tranquille. Ouf merci Monsieur bébé pour tant de clémence.

Arrive alors la deuxième nuit, il a beaucoup mieux dormi, moi pas du tout, allez savoir pourquoi.

Le retour

Nous sommes rentrés le mardi. Un week-end avec les enfants ce n’est jamais vraiment reposant, il y a toujours des petits imprévus mais au fond ce week-end n’aurait pas été le même sans lui. Pas de repos certes, mais de beaux souvenirs en famille, et ça c’est le plus important. C’était aussi voir Monsieur bébé s’émerveiller de tout, rire aux éclats dans la piscine, lui dire que cet endroit a une signification pour papa et maman.

Ce sont toutes ces petites aspérités, ces imprévus qui font que la vie avec un enfant n’est jamais comme on l’espérait. Ce n’est absolument pas reposant mais au final c’est tellement plus enrichissant. J’ai même envie de dire : à quand le prochain week-end en famille ?

Et vous, un week-end avec les enfants ça donne quoi ? Si vous avez des anecdotes, partagez-les avec moi dans les commentaires.